Info :

La LEWB n’impose aucune règle elle-même. Nous relayons les mesures du CNS. Respectez-les svp !

Mise à jour CORONAVIRUS

Cliquez ICI pour connaitre les dernières infos au 31/03/2020 - 17.00 heures

    

CORONAVIRUS

La LEWB suit attentivement les directives émises par le SPF Santé, le Conseil National de Sécurité et le Ministère des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La LEWB n’impose aucune règle elle-même, nous transposons les mesures au monde équestre en faisant preuve de bon sens et après avoir consulté le centre d’appel 0800/14.689 (entre 08u00 et 20u00), et discuté avec la FRBSE et Paardensport Vlaanderen. Nous vous encourageons à consulter le site www.info-coronavirus.be ou les canaux Facebook « SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement et Crisiscentrum / Centre de Crise » (réponse aux questions entre 9h et 18h).


Contenu de cette page


Relais communication de la part des maréchaux-ferrants et autres professionnels équins – 31 mars 2020 – 17h

Hier, lundi 30 mars, nous avons été contacté par un maréchal-ferrant qui a rédigé le texte ci-dessous et qui est soutenu par l’Union Nationale des Patrons Maréchaux-Ferrants de Belgique (mafehoef@mafehoef.be - https://www.facebook.com/NVPHB). La LEWB souhaite relayer cette communication auprès de ses membres afin d’encore insister sur le respect des consignes sanitaires actuelles. Chacun a le devoir de protéger les autres, et évidemment les professionnels qui se mettent en danger pour assurer le bien-être essentiel à nos chevaux. Personne n’est en vacances. La pratique équestre doit exclusivement assurer le bien-être des chevaux et non le loisir du cavalier.

Soyons responsables

Nos équidés ont besoin de soins, quotidiens, périodiques, ou occasionnels. Face à la situation sanitaire actuelle, comment gérer tout ça au mieux ?

Comment faire simple ? Quelles consignes claires peut-on diffuser ?

Une courte explication en préambule, pour bien comprendre le raisonnement qui suivra.

La moitié des gens atteints du Covid-19 sont asymptomatiques. Ce qui veut dire que vous, moi, sommes peut-être porteurs du virus sans le savoir, et pouvons contaminer d’autres personnes qui elles, tomberont malades. Rajoutez à cela le temps d’incubation de 14 jours, et vous avez les raisons du confinement actuel.

Prenons une personne atteinte du Covid-19, vous, moi, s’occupant de chevaux, ou de son cheval. Immanquablement, elle déposera des particules contaminantes sur la couverture, le licol, sur les poils de chaque cheval dont elle s’occupe… Nous avons tous vu ces images de gens qui s’occupent de patients atteints, ils sont en combinaison complète, gants, tunique, lunettes, charlotte, etc. Parce que sans cet équipement complet, le virus passe d’office d’une personne à l’autre. Les mesures de distanciations servent à ça.

À partir de là, qui pour s’occuper de nos chevaux, et dans quelles circonstances ?

Une seule personne, même contaminée, qui s’occupe d’un cheval, pas de soucis.

Plusieurs personnes s’occupant du même cheval, les problèmes commencent. Dans les écuries, les soigneurs, palefreniers s’occupent des chevaux, c’est indispensable. Lorsque chaque propriétaire rentre dans l’écurie pour monter ou s’occuper de son cheval, les risques de contamination se multiplient. C’est la raison pour laquelle, en France, les propriétaires de chevaux en pension n’ont plus accès aux écuries. Chaque personne qui rentre dans l’écurie peut être porteur du virus, et contaminer tout le monde.

Les professionnels équins suivent le même raisonnement.

En rentrant dans une écurie, on peut se faire contaminer, ou contaminer l’écurie. D’autant qu’en Belgique, l’accès des écuries est resté libre pour les cavaliers- propriétaires. Le risque de contamination y est donc élevé.

Le choix le plus logique pour les professionnels est de limiter les interventions à celles qui sont strictement indispensables. Et dans tous les cas, bannir les déplacements d’écurie en écurie. La plupart des professionnels sont itinérants, et quoiqu’on fasse, si un cheval est contaminant, celui qui s’en occupe emportera le virus avec lui.

Strictement indispensable, où est la limite ?

Strictement indispensable : sans une intervention immédiate, la santé se dégrade à court terme.

Pour rappel, nos services de santé se sont mis dans la même configuration. Tous les soins non-urgents ont été reportés. Le raisonnement est le même.

Alors bien sûr, il fait beau, les journées rallongent, on est confinés, on a tous envie de profiter de nos chevaux. Mais soyons clair, monter son cheval n’est pas strictement indispensable à sa santé…

Les vétérinaires ont une ligne de conduite simple. Si le cheval présente un défaut de santé, et que sans intervention son état se dégraderait, il intervient. Dans les autres cas, si le cheval peut attendre (le cheval, pas vous), il reportera sa visite. Ajoutons que les vétérinaires sont les mieux équipés pour se prémunir de la propagation.

Les ostéopathes prodiguent des soins non urgents dans la plupart (voire la totalité) des cas. Si le cheval ne peut travailler sans ce traitement, son état ne se dégradera pas pour autant. Le cheval sera au repos, certes. Mais ce n’est pas un soin indispensable et urgent.

Les dentistes équins auront le même raisonnement que votre dentiste. Essayez de prendre un rdv pour un détartrage, et vous verrez. Sont considérés comme urgents et indispensables les abcès dentaires par exemple. Tout le reste peut être reporté.

Les maréchaux-ferrants sont malheureusement, et malgré eux, de par leur équipement (tabliers, outils…) et leur itinérance, de parfaits vecteurs pour le Covid-19. Même raisonnement, n’intervenir que si l’état de santé du cheval se dégraderait sans son intervention. Très peu de cas en maréchalerie rentrent dans cette catégorie. Les abcès, les fourbures aigües, les boiteries aigües (grade 4 ou 5/5). Tout le reste peut être reporté. Un fer perdu, un délai de ferrage qui s’allonge trop, obligera peut-être à arrêter le cheval momentanément, mais son état de santé ne se dégradera pas à court terme. Même si les pieds s’abîment, ça repoussera…

Les consignes données pat l’Union Nationale des Patrons Maréchaux-Ferrants de Belgique sont très claires à ce sujet.

Alors comprenez bien que tous ces professionnels qui vous opposent un refus si vous les contactez ne le font pas de gaieté de cœur. Non seulement ils se privent de revenus, mais en plus ils savent que lors de la reprise, ce sera l’enfer total.

S’ils limitent leurs interventions, c’est parce qu’ils ont bien compris le raisonnement ci-dessus. Ils le font parce qu’ils respectent leurs clients (et ne veulent pas vous contaminer). C’est de l’intérêt général également. Chaque jour supplémentaire où le virus circule, rallonge le temps de confinement… rappelez-vous, 14 jours d’incubation… Ce n’est pas dans l’intérêt des chevaux qui attendent, ni des professionnels qui se privent de revenus.

Alors, si vous harcelez votre maréchal-ferrant, votre ostéopathe ou autre pour qu’il vienne quand même (parce que vous le valez bien, hein..), vous participez à la propagation du virus. De plus vous harcelez quelqu’un qui a fait le choix de vous respecter, qui a fait le choix du sacrifice personnel, qui se prive de revenus dans le bien commun.

Rajoutons pour terminer que si quelques professionnels se déplacent encore, c’est soit qu’ils n’ont pas compris l’importance du confinement, qu’ils n’ont que peu de respect envers leur clientèle, ou qu’ils sont étranglés par leur trésorerie. Mais dans tous les cas, c’est au détriment d’une résolution rapide de cette épidémie…

Donc, soyons responsables.

Si les directives gouvernementales paraissent floues au sujet du monde équin, c’est seulement parce qu’ils ont d’autres chats à fouetter, et que donc personne ne s’est encore penché sur notre sujet. Soyez certains que s’ils le font, tout sera bloqué, totalement… !

Donc, soyons responsables, comme le sont déjà la plupart des acteurs de la filière :

Si l’intervention d’un professionnel n’est pas strictement indispensable, si la santé du cheval ne se dégradera pas à court terme, on reporte.

Toute autre considération n’est pas recevable.

Merci à tous de suivre cette ligne de conduite, la seule possible…

Didier Thiébaut (Maréchal-ferrant - Ostéopathe équin)


Annulation des stages des vacances de printemps et fonds d’urgence en Wallonie – 27/03/2020 17h

La ministre de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), a décidé jeudi l’annulation de tous les stages, activités et rassemblements dans les domaines du sport (de nature compétitive ou d’entraînements) et de la jeunesse jusqu’au 19 avril inclus, soit la fin des vacances de Pâques. Il s’agit d’une mesure de précaution à la fois d’ordre sanitaire mais également d’ordre opérationnel, ceci afin d’éviter de ne pouvoir être en mesure de garantir des conditions d’organisation optimales et d’éviter toute forme de débordement. Cliquez ici pour consulter la circulaire : https://aisf.be/wp-content/uploads/2020/03/Circulaire-Coronavirus-Stages-et-Manifestations-sportives-20200326.pdf

Vu cette nouvelle circulaire vient certainement pour nombre d’entre vous la question du remboursement. L’AISF a publié cette information sur son site dans la rubrique FAQ https://aes-aisf.be/coronavirus-faq/ :

« Beaucoup d’associations du secteur sportif avaient organisé des activités payantes qui devaient avoir lieu pendant cette période de confinement. Ces activités doivent être annulées suite aux décisions du gouvernement. Le paiement s’étant parfois opéré à l’avance, la question du remboursement se pose.

La ministre fédérale de l’Économie N. Muylle a pris un arrêté ministériel qui permet, à certaines conditions, de proposer un bon à valoir plutôt que d’opérer le remboursement pendant 3 mois à dater du 20/03/2020.

Lorsqu’une activité sportive ne peut avoir lieu en raison de la crise du coronavirus, l’organisateur est en droit de délivrer au participant qui a payé pour cette activité, au lieu d’un remboursement, un bon à valoir correspondant à la valeur du montant payé.

Ce bon à valoir peut être délivré lorsque les conditions suivantes sont remplies :

1° la même activité est organisée ultérieurement au même endroit ou à proximité de celui-ci;

2° l’activité est réorganisée dans l’année qui suit la délivrance du bon à valoir;

3° le bon à valoir représente la valeur totale du montant payé pour le titre d’accès original;

4° aucun coût ne sera mis en compte au détenteur du titre d’accès pour la délivrance du bon à valoir;

5° le bon à valoir indique explicitement qu’il a été délivré à la suite de la crise du coronavirus.

Par contre, lorsque l’activité n’est pas réorganisée dans ces conditions, le participant qui a son titre d’accès ou le bon à valoir a droit au remboursement du prix du titre d’accès original.

Dans ce cas, la personne qui organise l’activité dispose d’un délai de trois mois à compter du 20-03-2020 pour rembourser le détenteur du titre d’accès.

Cet Arrêté ministériel prévoit aussi que lorsque le participant à l’activité prouve qu’il est empêché d’assister à l’activité à la nouvelle date, il aura droit au remboursement.

Arrêté ministériel du 19/03/2020 relatif aux activités à caractère privé ou public, de nature culturelle, sociale, festive, folklorique, sportive et récréative : http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/arrete/2020/03/19/2020040675/moniteur

Source: CESSoc http://www.cessoc.be/content/activite-socioculturelle-et-sportive-annulee-rembourser-ou-pas »

La Fédération Wallonie-Bruxelles annonçait hier (https://gouvernement.cfwb.be/home/presse--actualites/communiques-de-presse.html) qu’un fonds d’urgence de 50 millions € était mis en place pour aider les secteurs touchés par les mesures de confinement, à raison de 5.000 € en indemnité forfaitaire compensatoire. Nous devons malheureusement regretter que le secteur équestre ne soit actuellement pas repris dans la liste des bénéficiaires (https://www.1890.be/article/fonds-wallon-covid-indemnites-aux-entreprises/). La LEWB a déjà écrit aux instances politiques afin de les alerter de la situation difficile vécue au sein des clubs et nous comptons à nouveau nous manifester dans les jours à venir, en espérant pouvoir faire changer la situation.

Au niveau des contrats d’apprentissage, les contrats CEFA et IFAPME sont suspendus et les mesures de mise au chômage ont été transmises directement aux personnes concernées par les organismes correspondants.

En ce qui concerne les promenades en extérieur et l’autorisation de se rendre dans son centre équestre, nous sommes toujours dans l’attente d’instructions claires de la part des autorités. La LEWB et Paardensport Vlaanderen ont encore insisté pour avoir des mesures claires et simplifiées pour tous, afin de mettre fin à la situation chaotique que vous vivez actuellement sur le terrain. Nous attendons également les nouvelles du Conseil National de Sécurité ce soir. D’ici là, respectez les instructions de votre région et ayez comme ligne de conduite principale : RESTEZ CHEZ VOUS !

 


Démarches de la LEWB auprès de différentes autorités pour informer le secteur équestre pendant la crise – 25/03/2020 – 16h30

Depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus qui nous touche tous actuellement, la LEWB et son personnel sont toujours à votre service pour essayer de répondre au mieux à vos inquiétudes et nombreuses questions. En cette période de crise, il nous est difficile d’obtenir certaines informations claires de la part des instances officielles et nous devons également faire face aux mesures parfois différentes en fonction des territoires : Flandre, Bruxelles, Wallonie.

Voici donc quelques informations concernant les contrats d’apprentissage avec l’IFAPME, la circulation des chevaux en forêt, les aides financières au niveau de la Wallonie.

  • Contrat IFAPME

Le Ministre de l’IFAPME a pris la décision de suspendre en partie les formations en entreprises (contrats d’alternance « apprentissage », conventions de stage (non-)rémunérées) selon certains critères à retrouver en détails sur le site https://www.ifapme.be/coronavirus. Certains secteurs ne sont pas suspendus, mais ce n’est pas le cas du secteur équestre. Après avoir pris contact avec un responsable équestre au sein d’une structure IFAPME, il nous a malheureusement confirmé qu’il n’y aurait pas de dérogation pour notre secteur. La LEWB compte faire remonter cette situation problématique dans un communiqué général auprès du Conseil National de Sécurité.

  • Circulation des chevaux en forêt

Après avoir trouvé l’information fournie par l’agence flamande « Natuur en Bos » que les promenades en forêt étaient interdites pour les chevaux, la LEWB s’est renseignée auprès du Service Public de Wallonie et du Département Environnement de Bruxelles, afin de savoir quelles étaient les dispositions à ce sujet et en défendant le bien-être des animaux. Voici un extrait des réponses reçues à ce jour. Nous attendons la publication officielle via leurs canaux de communication :

SPW – Agriculture ressources naturelles environnement : « Suite à votre demande, je vous informe que toute activité récréative, quelle que soit sa taille, nécessitant des déplacements « non essentiels » est suspendue jusqu’au 3 avril inclus. Les cavaliers en forêt sont interdits en Wallonie, comme en Flandre, conformément aux décisions du Centre National de Sécurité ». A confirmer par publication détaillée sur le site officiel de référence.

Service Environnement Bruxelles – Bois et Nature : « Bruxelles Environnement a décidé de se coordonner avec la région flamande et wallonne. Malheureusement pour vous ça veut dire que des promenades à cheval ne sont plus permises en forêt. J’espère que vous comprenez cette décision et ensemble avec tout le monde, nous espérons que cette situation ne durera pas trop longtemps. »  A confirmer par publication détaillée sur le site officiel de référence.

Nous sommes bien conscients que cette nouvelle ne sera pas bien accueillie par une partie de la communauté équestre, mais il est indispensable de rester solidaires en ces temps de crise. La LEWB et le Ministère des Sports (Adeps), en collaboration avec Paardensport Vlaanderen et Sport Vlaanderen, sont en train d’établir une série de recommandations qui seront adressées au SPF Santé, afin qu’une certaine homogénéité des mesures soit d’application pour toute la Belgique.

  • Aides financières en Wallonie

La LEWB a déjà soulevé les particularités de notre secteur et des clubs où les frais de fonctionnement (alimentation et entretien des chevaux de manège) continuent à s’accumuler alors qu’il n’y a plus aucune entrée, auprès de différentes instances régionales et fédérales. Nous comptons envoyer un courrier spécifique à ce sujet au Ministre wallon des Finances, Budget, Aéroports et des Infrastructures sportives, Mr Jean-Luc Crucke, ainsi qu’à la Ministre wallonne de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement de la promotion sociale, de la Recherche Scientifique, des Hôpitaux universitaire, de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de justice, de la Jeunesse, des Sports et de la Promotion de Bruxelles, Mme Valérie Glatigny.

Nous ne pouvons malheureusement pas vous assurer d’un quelconque effet positif de ces différentes prises de contact, mais nous tenions à signaler que la LEWB ne fait pas le gros dos en attendant que la tempête passe. Nous sommes pleinement conscients de vos préoccupations et faisons de notre mieux pour traverser cette période particulière.

Nous sommes également en train d’établir une liste de FAQ (questions fréquemment posées) à propos de la crise du coronavirus et qui sera bientôt disponible sur notre site : https://www.lewb.be/faq-page

Si vous avez des suggestions/aides/commentaires, veuillez nous contacter en envoyant un e-mail à presse@lewb.be.


Avis important pour le Brabant-Wallon, la frontière linguistique flamande et les entreprises situées en région de Bruxelles-Capitale – 23/03/2020 - 16h

Informations adaptées au 25/03/2020 en rouge

La LEWB a reçu les instructions précises suivantes de la part du Cabinet du Gouverneur du Brabant-Wallon cet après-midi. Nous vous demandons de respecter scrupuleusement ces mesures et de les communiquer à toute personne concernée :

« Les activités dans les manèges équestres font partie des activités récréatives et sportives et doivent, à ce titre, être considérées comme interdites, au sens de l’Arrêté Ministériel du 18 mars 2020, en ce compris les cours individuels qui y sont dispensés.

Afin de respecter la philosophie qui inspire le contenu du décret régional relatif au Code Wallon du Bien-Être animal, les propriétaires et les locataires de chevaux sont bien évidemment autorisés à prendre soin de ceux-ci, à condition qu’une seule personne soit présente dans un box.

Sur les pistes extérieures et intérieures, il ne sera autorisé qu’un seul cavalier avec le cheval. Les cavaliers ont, en outre, l’interdiction de se croiser.

Enfin, toute promenade en dehors du manège est strictement interdite.

Les Zones de police seront chargées de veiller à la stricte application des règles. »

Par ailleurs, l’Agence flamande ‘Natuur en Bos’ a publié des restrictions complémentaires (https://www.natuurenbos.be/corona) d’application en Flandre pour les sorties en plein air : « Marcher, courir et faire du vélo pour respirer l'air frais sont les seules activités de plein air autorisées. La chasse, la pêche, l'équitation et autres loisirs sont interdits. […] Les chevaux ont besoin de soins et d'exercice quotidiens. Cependant, seules les activités absolument nécessaires pour assurer le bien-être des animaux devraient se poursuivre, dans les conditions les plus sûres. L'équitation comme activité récréative n'est donc plus autorisée. Toutes les formes de cours et les activités du club sont également interdites. » Actuellement et sauf erreur de notre part, ce n’est pas le cas partout en Wallonie. Nous avons pris contact avec le service concerné pour avoir plus de détails à ce sujet.

Toute information concernant la Flandre est à consulter sur le site de Paardensport Vlaanderen et du Gouvernement Flamand.

Finalement, l’AISF nous a communiqué aujourd’hui qu’en région de Bruxelles-Capitale, aux côtés d’autres secteurs, les activités sportives (Code NACE 93) peuvent bénéficier d'une prime unique de 4.000€ par entreprise dont la fermeture est rendue obligatoire suite aux décisions adoptées par le Conseil National de Sécurité. Les modalités pratiques pour l’obtention de cette prime seront communiquées ultérieurement. Abonnez-vous à leur newsletter pour recevoir ces informations directement dans votre boite mail (https://aisf.be/newsletter/)!

Si vous avez des informations ou des questions, vous pouvez les adresser à presse@lewb.be. Nous ferons de notre mieux pour y répondre.


Le mot d’ordre à respecter : RESTEZ CHEZ VOUS ! - 23/03/2020 - 11h

Vous êtes nombreux à nous interroger concernant ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas à propos des sorties de vos chevaux. Nous n’avons actuellement pas reçu d’informations complémentaires par rapport à ce qui a été communiqué la semaine dernière. Cependant, vous devez garder à l’esprit le mot d’ordre général : RESTEZ CHEZ VOUS !

Vous pouvez aller sortir votre cheval pour assurer son bien-être : une petite sortie, les soins vétérinaires, l’entretien du boxe… mais il est hors de question de passer des heures sur place pour discuter le coup avec vos amis.

Par ailleurs, les instructions (arrêtés écrits ou instructions orales) reçues de la part de votre commune/zone de police priment sur les informations générales que nous publions via nos canaux de communication. Si la police vous interdit d’aller promener ou diminue le nombre de personnes acceptées en même temps dans le club, vous devez le respecter.

Nous vous demandons également de respecter le travail des maréchaux-ferrants, vétérinaires et autres spécialistes du secteur équestre. Ne les appelez qu’en cas de nécessité. Un cheval en toute fin de ferrage ou la perte d’un fer, la naissance d’un poulain, une colique ou un abcès sont des raisons valables. Un rappel de vaccin périodique ou referrer un cheval au pré dans le but d’aller promener ne devraient pas mettre la vie de ces professionnels en danger en cette période d’épidémie. Si vous devez faire appel à leurs services, veillez à ce que l’écurie ne soit pas occupée en leur présence et à respecter des règles d’hygiène strictes.

Finalement, nous le répétons : les installations équestres sont principalement des propriétés privées. Chaque propriétaire/gérant d’infrastructure a un accord écrit et/ou oral avec les propriétaires des chevaux en pension. S’il semble opportun d’imposer une réglementation complémentaire aux instructions générales pour assurer la distanciation sociale nécessaire à limiter la propagation du coronavirus, libre à chaque établissement d’établir des lignes de conduites complémentaires.

Faites encore passer le message autour de vous : PERSONNE N’EST EN VACANCES ! Respectez les règles en place afin de limiter au maximum la propagation du virus. Vous avez la possibilité de sauver des vies, ne soyez pas égoïstes !


Précisions sur le fonctionnement de la LEWB et mesures d’aides pour compenser les pertes de revenus 19/03/2020

Avant tout, la LEWB tient à remercier les personnes qui nous envoient des marques de sympathie en cette période difficile. Nous faisons notre possible pour vous informer au mieux et il ne nous est pas toujours évident non plus de comprendre les instructions générales. La plupart des employés de la LEWB et des groupements sont en télétravail. Veuillez nous contacter par e-mail de préférence (https://www.lewb.be/lewb/contact). Une permanence téléphonique générale est assurée de 9h à 12h puis de 14h à 16h. Nous ne répondrons pas en dehors de ces horaires (voir également les horaires particuliers de certains services).

Le nouvel arrêté a été publié hier, 18 mars, et est disponible ICI (http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/arrete/2020/03/18/2020030331/moniteur).

La LEWB n’impose aucune règle elle-même, nous essayons simplement de transposer les mesures au monde équestre en faisant preuve de bon sens et après avoir consulté le centre d’appel 0800/14.689 (entre 08h00 et 20h00), et discuté avec la FRBSE et Paardensport Vlaanderen. Nous vous encourageons à consulter le site www.info-coronavirus.be ou les canaux Facebook « SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement et Crisiscentrum / Centre de Crise » (réponse aux questions entre 9h et 18h). Consultez également la rubrique FAQ https://www.info-coronavirus.be/fr/faqs/. Le Gouvernement Fédéral a prévu une newsletter et un contact par SMS pour être tenu informé en cas d'événements graves, comme les fuites de gaz, les attentats ou les mesures prises face au Coronavirus. Afin de recevoir une information officielle de qualité, inscrivez-vous via le site https://www.be-alert.be/fr/.

Par ailleurs, les installations équestres sont principalement des propriétés privées. Chaque propriétaire/gérant d’infrastructure a un accord écrit et/ou oral avec les propriétaires des chevaux en pension. S’il semble opportun d’imposer une réglementation complémentaire aux instructions générales pour assurer la distanciation sociale nécessaire à limiter la propagation du coronavirus, libre à chaque établissement d’établir des lignes de conduites complémentaires. Chacun doit faire preuve de bon sens et collaborer au mieux dans cette situation difficile.

Nous recevons également beaucoup de questions concernant la perte de revenus et les aides compensatoires qui sont mises en place. Voici déjà une liste de liens vers les sites de références que nous avons pu collecter. Si vous avez des informations plus précises, n’hésitez pas à nous les transmettre à presse@lewb.be.

- Centre d’appel fédéral pour les questions relatives à l’Économie : 0800/120.33

- L’UCM a également publié des informations utiles, principalement pour les indépendants : https://www.ucm.be/Independants-et-unis/Coronavirus-UCM-vous-informe

- L’Union Wallonne des Entreprises (https://www.uwe.be/coronavirus/) est également un point de contact important.

- Pour les ASBL, vous pouvez également vous abonner au site https://www.monasbl.be/ pour lire les articles d’actualité sur le coronavirus.

- L’ONEM a étendu le chômage temporaire pour cause de force majeure pour les travailleurs qui ne peuvent plus être occupés en raison de la suppression d’activités sportives. Nous vous invitons à prendre connaissance de la procédure ci-après :

• https://www.onem.be/fr/nouveau/chomage-temporaire-la-suite-de-lepidemie-de-coronavirus-covid-19-en-chine-et-dans-dautres-pays-ou-la-maladie-sest-propagee-update-15032020

• https://www.onem.be/sites/default/files/assets/chomage/FAQ/Faq_Corona_FR.pdf

- le site https://pro.guidesocial.be/ peut également répondre à certaines de vos questions.

- L’Association Interfédérale du Sport Francophone est également un référent pour vos questions juridiques et financières. Vous pouvez contacter leur pôle juridique : conseil@aes-asbl.be et juriste2@aes-asbl.be. Vous pouvez également vous abonner à leur newsletter en vous rendant sur le site : https://aisf.be/newsletter/. Elle nous a transmis l’information suivante pour les indépendants complémentaires : « Est-ce que le chômage temporaire pour force majeure peut-il concerner un indépendant complémentaire ? Seuls les ouvriers et les employés peuvent être mis en chômage temporaire pour force majeure, quel que soit le type de contrat de travail qui les lie (contrat de travail ordinaire, de remplacement ou intérimaire, à durée indéterminée, déterminée ou pour un travail nettement défini). Cette mise au chômage temporaire vaut également pour les apprentis qui suivent une formation en alternance. Sont également exclus du champ d’application, en plus des indépendants, les volontaires et travailleurs associatifs. »

- Depuis ce matin 19/03, une Convention Collective de Travail a été conclue et elle permet à notre secteur (centres sportifs, fédérations et clubs sportifs) d'avoir recours au chômage temporaire pour raisons économiques. Vous pouvez avoir recours au chômage temporaire pour raisons économiques lorsque l'employeur ne peut fournir temporairement du travail à ses travailleurs en raison d'une diminution du travail suite au coronavirus. Le contrat de travail peut alors être entièrement suspendu ou le régime du temps de travail peut aussi être diminué. Vous trouverez plus d'informations et le texte de la CCT sur le site de l'UNISOC via le lien suivant : https://www.unisoc.be/articles/fr/public/chomage-economique-pour-employes-le-cnt-conclut-une-cct. Vous trouverez la procédure pour avoir recours au chômage temporaire pour raisons économiques sur le site de l'ONEM: https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/e1-0.  

- Nous vous invitons à consulter régulièrement le site du 1890 : www.1890.be. A l’heure actuelle, vous trouverez sur ce site internet les réponses à de nombreuses questions sur les limites en termes d’ouverture et obligations de fermeture en fonction de votre activité, des informations par rapport à la gestion de votre personnel, les plans d’ores et déjà définis concernant vos charges, etc. Ce site est mis à jour au fur et à mesure de l’arrivée des informations officielles et fiables qui leur parviennent des instances politiques et économiques.

- D’autre part, l’Inasti a également mis sur pied un numéro vert dans le but de répondre à vos questions concernant votre statut en tant qu’indépendant, notamment par rapport au droit passerelle (revenu de substitution à destination des indépendants). Vous pouvez les contacter du lundi au vendredi de 8h à 20h au 0800/12.018.

Il est de votre devoir de citoyen de respecter et faire respecter les mesures sanitaires actuelles. Au plus vite l’épidémie sera endiguée, au plus vite nous pourrons tous reprendre nos activités habituelles.


MISE A JOUR CORONAVIRUS  18/03/2020 – 15h

Suivant les directives étendues annoncées hier soir après le Conseil National de Sécurité, la LEWB a pris contact avec le Ministère des Sports Adeps pour lui soumettre une série de questions et demandes d’autorisation par rapport au secteur équestre. Nous attendons leur réponse rapide, mais souhaitions déjà vous informer de lignes de conduite générales, tout en gardant à l’esprit qu’une commune/zone de police peut édicter des normes plus strictes que vous devrez alors respecter. Ces mesures sont d’application depuis ce mercredi 18 mars à 12h jusqu’au 5 avril inclus.

Ces indications visent à réduire contacts et déplacements au strict minimum afin d’assurer le bien-être animal.

  • Trajets autorisés entre le domicile et le club équestre pour les gérants et salariés de ce club pour assurer leur activité professionnelle (alimentation des animaux, entretien des boxes). Nous recommandons aux grands centres équestres de répartir, dans la mesure de leurs possibilités, leurs collaborateurs en équipes fixes qui ne travaillent jamais ensemble. Si un collaborateur d’une équipe tombe malade, seuls les membres dudit groupe doivent être mis en quarantaine, ce qui permet d’assurer la continuité des soins aux chevaux. 
  • Assurer la bonne santé du cheval en limitant les visites vétérinaires et du maréchal-ferrant au maximum.
  • Déplacements brefs des propriétaires/locataires/responsables d’un ou plusieurs animaux autorisés s’ils visent à assurer les besoins des chevaux/poneys : surveillance, entretien, activité physique.
  • L’activité physique (monter, longer, promener) devrait être idéalement individuelle en évitant tout regroupement de personnes. Les cours collectifs et particuliers sont interdits.  Les balades en groupe également. Suivant les recommandations du CNS, les membres d'une famille habitant sous le même toit ou 2 amis (toujours les mêmes) peuvent faire des activités en plein air en respectant d’1,5 mètre entre chaque personne. 
  • Le club peut établir un planning qui permettra aux propriétaires/responsables de chevaux de venir seul (ou accompagner d’une personne vivant sous le même toit) pour assurer les soins de base des chevaux. Le gérant peut mettre également en place un système similaire pour aider à sortir les chevaux/poneys de manège, tout en respectant les règles sanitaires.
  • Au niveau des pistes intérieurs et extérieurs, nous vous demandons de faire preuve de bon sens et d’éviter une trop grande affluence afin de pouvoir respecter les règles de distanciation sociale et tout en gardant à l’esprit les recommandations de 2 personnes à la fois ou membres d'une famille vivant sous le même toit, selon le principe déjà cité plus haut.
  • Les transports de chevaux sont autorisés mais ici également, il convient de limiter de tels déplacements à un minimum et pour des raisons essentielles (vétérinaires ou pour assurer le bien-être du cheval) et de se renseigner sur les éventuelles restrictions appliquées sur le lieu de destination.
  • Les cafétarias et/ou clubhouses doivent être fermées et toutes les activités sportives ne visant exclusivement pas le bien-être animal sont interdites.
  • Les personnes présentant le moindre signe de maladie doivent rester chez elles et contacter leur médecin traitant pour décrire leurs symptômes.
  • Respect obligatoire de la distance sanitaire de 1m50 entre les personnes en présence.
  • Mise à disposition de gel désinfectant (si possible) au sein des écuries pour les personnes les fréquentant.

Actuellement, il n’est pas question d’avoir un document de dérogation pour aller sortir son cheval/poney.

Dans la presse (RTL Info), nous avons pu lire l’extrait suivant : Nous avons contacté le numéro d’urgence du gouvernement concernant le coronavirus (0800/14.689). "Les citoyens ont évidemment le droit de se déplacer pour prendre soin de leurs animaux", nous a répondu notre interlocuteur. "Nous demandons par contre qu’il y ait un maximum de deux personnes dans le véhicule". Que les amoureux des animaux se rassurent donc, les chevaux ne seront pas oubliés durant cette crise sanitaire.

Dès que nous avons des informations complémentaires, nous les communiquerons via nos différents canaux. Nous vivons tous des moments difficiles mais il en va de la santé de vos proches et il est important de faire appel à son bon sens pour que la situation puisse rester sous contrôle. Si chacun prend ses responsabilités, nous pourrons bientôt à nouveau pratiquer notre passion en toute sérénité.


 

MISE A JOUR AU 17/03/2020 - 22h

Le Conseil de Sécurité National a décidé qu’à partir de demain midi, des « mesures étendues » seront d’application pour assurer la santé de tous les citoyens belges. « Il n’y aura que les déplacements essentiels qui seront encore autorisés. Les magasins qui ne sont pas de première nécessité seront fermés et l’interdiction de rassemblement est également d’application. Ces mesures seront valables jusqu’au 5 avril. »

La manière dont ces mesures étendues s’appliquent concrètement au monde équestre n’est pas encore très claire. Nous recevons évidemment beaucoup de questions pour le moment, mais nous devons prendre un peu de temps pour consulter les autorités concernées et établir correctement ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. Nous communiquerons demain dans la matinée quelles sont les conséquences de ces mesures pour l’équitation en Belgique.

Nous suivons la situation en permanence. Consultez notre site régulièrement pour plus d’informations. Nous vous tiendrons informés dès qu’il y a du changement. Nous vous souhaitons tout le courage nécessaire pour traverser cette période difficile et en appelons à votre sens civique pour protéger les personnes qui vous entourent.


MISE A JOUR AU 16/03/2020 - 17h

Avant tout, les guichets de la LEWB à Gesves seront fermés au grand public jusqu’au 3 avril inclus. Nous pouvons éventuellement planifier un rendez-vous en cas d’urgence. Le personnel assurera son travail par e-mail et téléphone où nous restons joignables par télétravail et présence alternée au bureau. Toutes les réunions de commissions de bénévoles ou autres événements de groupes sont annulés ou reportés à une date ultérieure.

Ensuite, suivant les mesures annoncées vendredi dernier, la LEWB insiste sur la nécessité absolue de limiter au maximum tout contact non nécessaire. Nous attendons des instructions précises demandées au Ministère des Sports - Adeps, mais sachez que la Ligue Flamande (Paardensport Vlaanderen), qui suit les indications de son ministère des sports Sport Vlaanderen, a déjà transmis à ses clubs/licenciés des restrictions plus strictes (pas de cours individuels, accès aux écuries limités aux propriétaires, mise à disposition de désinfectant, mise en place de présence à tour de rôle en un même endroit). Vous pouvez les consulter ici : https://paardensport.vlaanderen/nl/home.
Il est donc possible que des informations dans ce sens viennent également des autorités wallonnes. Nous vous tiendrons informés dès que nous en savons plus.

Par ailleurs, plusieurs clubs nous ont contactés pour nous informer que leur commune mettait en place des mesures plus drastiques que les instructions générales reçues ce vendredi 13 mars. Il nous est impossible de compiler toutes ces mesures particulières. Donc, afin d’éviter des amendes inutiles, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre administration communale pour connaitre toutes les précisions d’application sur votre territoire. Pour notre bonne information, vous pouvez nous transmettre toute documentation reçue de votre commune en les envoyant à presse@lewb.be.

En ce qui concerne les pertes financières suite à ces mesures, l’UCM a publié des informations relatives aux indépendants. Vous pouvez les consulter en cliquant ICI (https://www.ucm.be/Actualites/Independants-et-coronavirus). L’AISF (Association Interfédérale du Sport Francophone) a envoyé l’information suivante : L’ONEM a étendu le chômage temporaire pour cause de force majeure pour les travailleurs qui ne peuvent plus être occupés en raison de la suppression d’activités sportives et ce, du 14/03/2020 au 03/04/2020 inclus. La procédure étant beaucoup moins fastidieuse que pour le chômage économique, nous vous invitons à en prendre connaissance ci-après : https://www.onem.be/fr/nouveau/chomage-temporaire-la-suite-de-lepidemie-de-coronavirus-covid-19-en-chine-et-dans-dautres-pays-ou-la-maladie-sest-propagee-update-15032020. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter notre pôle juridique : conseil@aes-asbl.be et juriste2@aes-asbl.be. Vous pouvez vous abonner à cette newsletter en vous rendant sur le site : https://aisf.be/newsletter/

Finalement, le Gouvernement Fédéral a prévu une newsletter et un contact par SMS pour être tenu informé en cas d'événements graves, comme les fuites de gaz, les attentats ou les mesures prises face au Coronavirus. Afin de recevoir une information officielle de qualité, inscrivez-vous via le site https://www.be-alert.be/fr/.

Consultez également régulièrement le site https://www.info-coronavirus.be/fr/news/ pour vous tenir informé des communications concernant le coronavirus.

Pour le respect des mesures prises, nous en appelons à la responsabilité individuelle et collective de chacun. Merci de contribuer à la santé de chacun d'entre nous.


MISE A JOUR AU 13/03/2020 - 10h30 - Consultez le site général d'informations www.info-coronavirus.be/fr/

Comme vous le savez, nous sommes tous impactés par les mesures additionnelles du Conseil National de Sécurité prises hier soir pour limiter au maximum la propagation du Coronavirus. Ces mesures sont d’application à partir de ce vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus.

Suivant le dernier communiqué du site www.info-coronavirus.be/fr/ (qui est le site de référence à consulter en tout temps) :

Toutes ces activités dites récréatives (sportives, culturelles, folkloriques, etc) sont annulées, peu importe leur taille et leur caractère public ou privé. Cela implique que tous les cours collectifs sont désormais interdits. Les cours individuels peuvent être maintenus. Les équidés peuvent continuer à être sortis par leur cavalier en évitant les heures habituelles d’affluence et tout en respectant les mesures d’hygiène nécessaires. Nous attendons les informations des autorités nationales concernant le bien-être des équidés qui ne peuvent évidemment pas rester en boxe pendant 3 semaines.

Les clubhouses, restaurants, bars (intérieurs et/ou extérieurs) des clubs équestres doivent rester fermés.

Si des mesures plus strictes devaient être prises au niveau de votre commune, celles-ci doivent être respectées prioritairement.

Les clubs installés sur le territoire flamand doivent suivre les instructions fournies par Paardensport Vlaanderen (https://paardensport.vlaanderen/nl/home).

La LEWB se rend bien compte de la situation difficile dans laquelle vous pouvez vous retrouver. Nous vous souhaitons le courage nécessaire à traverser cette période difficile.

Tous les rassemblements (formations, stages, compétitions officielles ou hivernales, réunions, examens pédagogiques) sont annulées ou reportées en fonction des cas. Voici une liste non-exhaustive des événements dont la LEWB est partie prenante à l’un ou l’autre niveau :

  • 14 et 15/03 : Formation Moniteur Sportif Animateur à La Hulpe
  • 15/03 : examen assistants-arbitres Pony Games à Gesves
  • 15/03 : Concours de TREC à Bossière
  • 15/03 : Brevets pédagogiques à Villers le Bouillet (Ecuries du Fays)
  • 16/03 : Séances d’informations saut d’obstacles à Neufchâteau
  • 16/03 : Examen théorique des 2ème et 3ème degrés à Gesves
  • 19/03 : Formation Steward Dressage à Gesves
  • 21/03 : Soirée de remise des prix Pony Games à Grand-Leez
  • 22/03 : Entrainement équipes nationales Pony Games à Grand-Leez
  • 22/03 : Jumping-cross de Gesves
  • 22/03 : Brevets pédagogiques à Melen (Les écuries de Haute Melen)
  • 22/03 : Brevets pédagogiques à Nethen (Poney Club Picadero)
  • 22/03 : Brevets pédagogiques à Audregnies (C.E. des Altanes)
  • 23/03 : recyclage des juges de saut d’obstacles à Gesves
  • 28 et 29/03 : Formation Moniteur Sportif Animateur à La Hulpe
  • 28 et 29/03 : Formation Moniteur Sportif Animateur à Spa
  • 29/03 : Formation Moniteur Sportif Animateur à Thuillies
  • 29/03 : Concours National Dressage Jeneffe
  • 29/03 : Brevets pédagogiques à Jalhay (Equigroup)
  • 29/03 : Brevets pédagogiques à Villers-l’Evèque (Western Riding Concept)
  • 29/03 : Brevets pédagogiques à Habay-la-Vieille (Au Brin d’Herbe)
  • 29/03 : Brevets pédagogiques à Grez-Doiceau (Manège des Foins)
  • 29/03 : Brevets pédagogiques à Bioul (C.E. de la Barrière)
  • 28 et 29/03 : Concours National d’Attelage de Gesves
  • 30/03 : Cocktail des bénévoles de la LEWB à Gesves

Ajout des événements jusqu'au 5/04 inclus:

  • 5/04: formation juges de dressage niveau 1