Info :

 

La LEWB n’impose aucune règle elle-même. Nous relayons les mesures du CNS. Respectez-les svp !

 

Mise à jour CORONAVIRUS au 5/10/2020

    

Jumping

Séances d’informations sur les règlements de saut d’obstacles 2020

Image: 
Date: 
Lundi, 17 février, 2020 - Lundi, 16 mars, 2020

La Ligue vient à vous !

Nous vous informerons sur les modifications réglementaires 2020 en saut d’obstacles :

  • Tenue, éperons…
  • Règlementation au paddock
  • Harnachement, protections…

Rejoignez-nous pour bien commencer la saison !

Où et quand ?

Raphaël Blavier

Raphaël Blavier

Date de naissance : 23/03/2004

Installations sportives : La Kalamine Mariembourg

Parcours équestre

Ayant grandi parmi les chevaux, Raphaël Blavier n’a pas attendu longtemps avant de mettre le pied à l’étrier ! Sa maman Christel Georges gère en effet le centre équestre de La Kalamine à Mariembourg et elle a initié son fils aux joies de l’équitation dès l’âge de 2 ans. « Cet environnement est la meilleure chose qui me soit arrivée », estime Raphaël Blavier. La maman de ce dernier ne lui a pas seulement transmis sa passion pour l’équitation, mais aussi celle pour la compétition. « J’ai commencé les hivernaux vers 5 ans à la maison, puis les officiels à poney vers 8 ans, après avoir réussi mon étrier d’or », raconte le jeune homme.

Raphaël Blavier a débuté les concours avec Scharzy, mais c’est avec Golden des Marronniers qu’il a décroché beaucoup de résultats et évolué jusqu’aux épreuves de 1m-1m10. « On l’a acheté jeune et ma maman l’a mis en route », raconte-t-il. « Au départ j’avais peur de le monter car il était vraiment speed, puis nous avons gagné notre premier concours ensemble et je n’ai plus voulu m’en séparer ! » Raphaël Blavier a ainsi monté Golden en compétition durant environ quatre ans, tout en effectuant en parallèle sa transition à cheval sur des épreuves du mètre 10 et 20 grâce avec Nirvana de Giron, l’ancien cheval de concours de sa maman. Cette dernière aide le cavalier au quotidien et en compétition, mais Raphaël Blavier s’entraîne également avec Marc Goffin. « Il me fait beaucoup évoluer en jumping », estime le jeune homme.

 

Chevaux

Le piquet de Raphaël Blavier se compose actuellement de cinq chevaux. On retrouve parmi eux Chopin, qui vient tout juste d’arriver dans ses écuries et lui a été confié par son parrain. « Il a 9 ans et encore assez peu d’expérience. On doit apprendre à se connaître mais il a de bons moyens ! »

Les autres montures de Raphaël Blavier lui appartiennent et étaient autrefois montées par Margot Nicolas. Outre Nalisco de la Prée (19 ans) qui est désormais retraité, le cavalier peut compter sur Bad Boy du Bouly (13 ans) et Don Juan du Bouly (11 ans) pour les épreuves de 1m25-1m30 ou encore sur Tyson du Bouly (17 ans) pour le mètre 20. Enfin, à côté de ces chevaux plus âgés et expérimentés, Raphaël Blavier met aussi en route un cheval de 5 ans. « J’ai déjà formé des poneys mais c’est la première fois que je prépare un jeune cheval », précise-t-il. « Ce n’est pas forcément facile donc je prends le temps de le mettre en route calmement. »

 

Palmarès

Raphaël Blavier a remporté de nombreuses épreuves à poney avec Golden des Marronniers mais il a aussi décroché plusieurs succès et classements en concours régionaux avec ses différents chevaux. Le jeune cavalier est aussi un habitué des grands rendez-vous LEWB… et de leurs podiums ! En 2019, il a par exemple fini troisième en catégorie juniors dans le challenge Equitation moderne du Classic Tour Sellerie Gilbert. L’année précédente, il terminait deuxième du même challenge sur 1m10 et remportait la catégorie scolaires. « Les épreuves d’Equitation moderne m’ont apporté du calme et m’ont obligé à monter de façon plus propre que ce que je faisais à poney », estime Raphaël Blavier. « Elles sont très utiles pour évoluer vers de plus grosses hauteurs car elles nous incitent à être plus fluides dans nos tours et à mieux gérer nos contrats de foulées. »

Outre ses résultats dans le Classic Tour Sellerie Gilbert, Raphaël Blavier compte notamment à son palmarès un titre de champion LEWB chez les scolaires en 2017 et une victoire dans la finale de la Cavalor Cup à Liège en 2018 avec Bad Boy. Mais son plus beau succès reste selon lui ses 1ere et 2e places avec Bad Boy et Tyson dans la Coupe de Wallonie scolaires à Libramont en 2018. « Mes chevaux chevaux étaient juste extra ce jour-là », confie-t-il en toute simplicité.

Au cours de l’année 2019, Raphaël Blavier a aussi participé à ses premiers CSI 1* à Lanaken puis à Liège, concours pour lequel il a reçu une wild card de la part de la LEWB. « C’était une belle expérience et j’ai réussi à y faire plusieurs parcours corrects avec Don Juan et Bad Boy, donc j’étais plutôt satisfait. »

 

Objectifs

Pour cette année 2020, Raphaël Blavier envisage de concourir notamment dans la Botte d’Or mais aussi lors de quelques internationaux en Belgique. Il compte principalement sur ses chevaux Bad Boy et Don Juan pour tourner sur les épreuves du mètre 30-35 et peut-être terminer la saison sur le mètre 40.

A bientôt 16 ans, la question de son avenir professionnel se pose tout doucement et le jeune homme a déjà une idée assez précise : « Je voudrais prendre de l'expérience en étant cavalier maison dans une écurie et suivre des études de coach sportif », confie-t-il. « Je trouve ça important d’avoir quelque chose en plus que l’équitation, même si mon souhait est de devenir cavalier professionnel. Je sais que ce n’est pas une voie facile mais je ferai tout pour y arriver ! » Comme beaucoup d’autres, Raphaël Blavier rêve d’un jour pouvoir participer aux Jeux olympiques « mais sauter sur des épreuves du mètre 50 serait déjà super », modère-t-il.

 

Discipline(s): 
Jumping

Excellent démarrage à Oliva !

Constant Van Paesschen (Photo : Van Paesschen Equestrian Center)
Constant Van Paesschen (Photo : Van Paesschen Equestrian Center)

En ce début d’année, beaucoup de cavaliers fuient les conditions hivernales pour le Sud de l’Europe et ses tournées en extérieur, parmi lesquelles le MET à Oliva. Plusieurs représentants LEWB s’y sont installés pour les semaines à venir, et le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont entamé brillamment la compétition malgré une météo parfois capricieuse !

Journée sportive et team building pour les cavaliers de la LEWB.

On laisse l

Jumping

Une 3ème édition de masterclass avec Albert Voorn couronnée de succès

Fin novembre 2019, les installations de La Sandry à Courrière ont accueilli un hôte exceptionnel : Monsieur Albert Voorn, médaillé d’argent lors des Jeux Olympiques de Sidney, multiple finaliste de la Coupe du Monde de Jumping et entraîneur reconnu mondialement. C’était la 3ème fois que la LEWB, soutenue par l’Adeps, et en collaboration avec Madame Pascale Lambillotte, Conseillère auprès de la Cellule Sport de Haut Niveau pour les jeunes, organisait une masterclass sur 3 jours réservée aux jeunes cavaliers des catégories Scolaires et Juniors.

Les derniers résultats de l’année

Gaëtan Stalpaert (Photo : GS Stables)
Gaëtan Stalpaert (Photo : GS Stables)

Fin d’année oblige, ces deux dernières semaines ont été plus calmes au niveau des CSI 1 et 2*. L’activité ne s’est cependant pas tout à fait arrêtée, et nos cavaliers ont encore ajouté quelques beaux résultats à leur palmarès de l’année 2019.

Le week-end des 21 et 22 décembre, Arnaud Doem concourait par exemple dans le CSI de Villeneuve-Loubet et a terminé 5e du Grand Prix 2*. Il s’est aussi classé 2e et 8e sur 1m45.

Arnaud Doem remporte le GP 2* de Villeneuve-Loubet !

Arnaud Doem et Eternity du Seigneur (Photo : Elevage du Seigneur)
Arnaud Doem et Eternity du Seigneur (Photo : Elevage du Seigneur)

L’année 2019 touche doucement à sa fin et, avant un dernier grand rendez-vous à Malines entre Noël et le Nouvel An, l’activité ralentit un peu pour les cavaliers.

Plusieurs de nos représentants concourraient cependant ce week-end dans les CSI 1 et 2* de Lier et Villeneuve-Loubet.

En France, on retrouvait Arnaud Doem accompagné d'Eternity du Seigneur. Le couple s'est distingué en remportant l'épreuve phare du concours : le Grand prix 2* de Villeneuve-Loubet.